Archive

Archive for the ‘Profession’ Category

Créativité Japonaise…

April 11th, 2011 No comments

L’Interview, où l’Entretien.

June 5th, 2010 No comments

Bien, ici, nous abordons un pan de ma vie sous acides. C’est pas bien. Ca gratte un peu. Ca fait surtout faire des vidéos totalement barrées.
Je plaisante bien sur. Je suis comme ça au naturel. Tant mieux.

C’est donc du second degré, mâtiné de 6ème.

C’est mon pamphlet ! Bien, on va être sérieux, 2 secondes, pas plus.

Il existe une sorte d’incompréhension, de non-dialogue, entre les candidats créatifs et les DRH ou recruteurs. Sont souvent pas du même monde. Déjà, un créatif vit sur une autre planète, il faut le savoir. Des fois, un monde pleins de Playmobil. Et les Playmobil, et ben ils ont des entretiens. Vouii Madaame. des ENTRETIEEENS. &@.°/

C’est le bouquet me direz-vous. Et bien ça dépend. Parque les fourmis, elles zont pas d’ailes peut-être ? HEin? C’est la preuve que ;#)_”« non ?  Ca prouve la foi du document ça ! Scotché. Imparable. Tactique 126.

Vous savez, j’ai inventé internet en 1978.

Avec des jambes qui ne se plient pas parcequ’elles sont en plastiques. Tous les Playmobil d’ailleurs ont les jambes en plastique. Et du coup, tout devient compliqué. Surtout pour s’asseoir. Et serrer des mains je vous raconte même pas. Faut de l’huile.

De coude.

Vidéo, musique, sons, voix : me myself and I.

Aaaah l’An 2000…

June 5th, 2010 No comments

Aaaah l’an 2000… Vous vous souvenez ? Le BUG ! Tout allait sauter. Les horloges de tous les ordinateurs du monde ne sauront gérer le 00:00:2000 ou chai pas quoi. (En fait un coup du lobby des informaticiens !)

Plus modestement, j’ai retrouvé au fond du placard des plaquettes réalisées au sein de ma société et divers. J’ai décidé de les prendre en photo. (enfin, pas toutes…).
Les designers et autres DRH déconseillent fortement de mettre en avant les travaux de plus d’un an. J’exagère mais presque.
Zont rien compris.

La datation est essentielle en matière de design, c’est de la culture; c’est une “photo” à un moment x des tendances d’une époque. C’est important de pouvoir garder un esprit d’analyse et de détachement par rapport à son travail, pouvoir le disséquer et en décortiquer la moelle. (substantifique bien sur).

Pour parler et défendre des tendances actuelles, il faut pouvoir les comparer avec celles d’avant, non ? Et avoir cette capacité de projection dans le futur également ! Bref, pour savoir ce dont on parle, il faut de la culture graphique, qui ne “s’obtient” que par la somme des connaissances des travaux passés. Même si “outdated” et has-been. C’est le risque. Je ne crains pas de “dater” mes créations, je trouve ça “touchant”. La prospérité n’existe pas de toute façon… Gutemberg, le Bauhaus, c’était bien en ce temps la, c’était “nécessaire”. Un passage obligé. Et oui, on a évolué. La création d’aujourd’hui sera certainement obsolète dans 1 an…

A moins de faire sobre.

Donc plus de Pantone Orange fluo, plus de Pantone Argent métallique, plus de découpes… Sobre. Gris, noir, blanc. Lignes épurées. Espace.
C’est dommage, fini la publicité de Sony Bravia avec toutes ces couleurs qui explosent…! Trop “coloré”, trop marqué. Trop daté ?

Ah bon… Moi j’aime bien…

J’en accepte les défauts intrinsèques.

Quai des Brumes, y a pas vraiment beaucoup d’effets spéciaux comme dans Transformers. Mais c’est bien quand même hein ? Hein ? T’as’d beaux yeux tu sais…

C’est’l bouquet!

May 17th, 2010 No comments

L’INTERVIEW from Didier LAHELY on Vimeo.

Mon interview { fictive }; illustration sonore et visuelle de l’incapacité de 2 mondes à communiquer. Où “La DRH à la papa”.

Comment interviewer un créatif ? Souvent quelqu’un de timide, ayant un “monde intérieur” foisonnant, vivant sur une autre planète ?

Comment le soumettre à une batterie de question afin de le déstabiliser (ah bon, c’est le but ?), lui demander ce qu’il faisait en 1998, décembre, à 15h30 ? C’est vrai que pour le futur cela représente un intérêt capital.

Il y en aurait tant à dire. Arh, j’ai pas’l temps, je prépare ma prochaine interview. Mais promis, one day…

Book, Portfolio, ICI, LA !! ICI! CLICK !

March 5th, 2010 No comments

10dier…

February 23rd, 2010 No comments

Mon nouveau Logotype, accès sur “10dier” (Didier).
Oui, il y a des modes, des tendances. Faut-il les suivre ? Tout dépend de votre plan de communication et de l’histoire de votre marque.

Pour ma part, même si je suis conscient des règles a suivre en terme de “communication”, j’ai plutôt tendance a n’accepter aucune règle et de temps en temps même, aller contre leur principes… Fuck the rules comme dirait Victor Hugo. Pourquoi ? Par plaisir ? Naan. Parce qu’il faut parfois secouer le cocotier. Il faut de temps en temps savoir extraire la substantifique moelle d’un quelconque type d’expression.

«J’étais au milieu de la forêt, il y avait deux chemins devant moi, j’ai pris celui qui était le moins emprunté, et là, ma vie a commencé.»
[ Robert Frost ]

Oui, parfois, il faut savoir emprunter le moins commun des chemins. Bien sur il y a une part de risque me direz-vous. Et bien OUI, c’est ça ! C’est exactement ce dont je vous parle dude. Puis-je vous appeler Dude ?

La créativité, le risque paie !

La, vous me retorquer : “Ouais, c’est bien beau les jolies phrases avec des mots qui font savant (dont je ne comprends pas toujours le sens), mais ne sont-ce pas billevesées et coquecigrues ?“, je veux dire, des conneries ?

Non, machin. Puis-je vous appeler machin ? (c’est plus fort que moi, je ne prends rien au sérieux…)

Parlons du risque alors.

Il était une fois un gars, bien comme il faut, affectionnant le port de pantalons en toile de Nimes, appelés plus couramment Jeans. Ce gars est un frondeur. Il n’aime pas les sentiers communs (tiens…?), il crée. Tout le temps. Il invente.
Un jour, il a l’idée de créer LE téléphone dont tout le monde vanterait les mérites. En même temps, il veut changer TOTALEMENT le mode de perception de cet objet. Il veut un grand écran. Il veut une navigation intuitive et quoi de mieux que son doigt pour le faire ? On ne risque pas de l’oublier comme un stylet pas vrai ? Un écran tactile, des nouvelles habitudes, nouvelles, inédites, risquées… Apres tout, il engage tout son groupe. Des années de R & D.

Mais il le fait.

ce téléphone, c’est l’iPhone. Ce gars c’est Steve JOBS.

Oui, parfois, il faut savoir emprunter le moins commun des chemins. Bien sur il y a une part de risque me direz-vous. Et bien OUI, c’est ça !

Et bien moi, je recherche “mon” Steve Jobs. Je veux travailler pour un groupe, quelqu’un qui soit le Steve Jobs de demain.

Parce que j’ai le même sens du risque, et les mêmes intuitions… ; ))


Book_Portfolio

October 16th, 2009 No comments

Play ! (Ou faites glisser le curseur horizontalement ; ) … Et allumez les haut-parleurs…

Pendant la crise, la Formation Continue ; )

May 14th, 2009 No comments

Eh oui, tout ne s’arrête pas pendant la crise…
Si vous êtes comme moi, en attente DU super poste, profitez-en pour vous auto-former…

Ajouter des flêches à son arc, c’est + de compétences, + de compréhension de la sphère internet. Ainsi, + de 12 ans d’expérience en “print” se transforment en connaissance print + web…

  1. Acheter un nom de domaine
  2. Acheter/choisir un hébergement idoine
  3. Comprendre WordPress (pas d’la tarte)
  4. Comprendre HTML, PHP, Flash
  5. Rapatrier le domaine sur l’hébergement
  6. Installer WordPress
  7. Configurer WordPress
  8. Adapter le modèle/template

Maintenant j’ai les bases… Mais je reste tout de même plus “sensible” à l’odeur du papier juste imprimé, l’odeur des encres fraiches, le choix des Pantone, le choix du papier, les effets post-impression comme le gauffrage, le façonnage, la reliure…

Site internet anglais sous WordPress

Categories: Profession, Travail perso, Utile! Tags:

Chers recruteurs, je pense qu’il y a une (légere) incompréhension…

April 9th, 2009 3 comments

Cher recruteurs, chasseurs de têtes, DRH,

J’aimerais que vous m’expliquiez comment vous fonctionnez…

  • …Pourquoi alors que mes clients, mes anciens dirigeants disent tous que je suis super créatif, je ne peux ne serait-ce qu’avoir un rendez-vous avec vous ?

  • Pourquoi quand je parviens finalement à décrocher un rendez-vous et que vous êtes convaincu, je n’ai qu’UN SEUL RDV avec un “embaucheur” potentiel ? (cela veut-il dire que je suis seulement créatif pour UNE entreprise et aune autre ? C’est un ONE SHOT?)
  • Pourquoi la plupart du temps le recruteur ne comprends pas mon métier? (“Oh vous êtes web-designer?”)
  • J’ai beaucoup de questions, et cette incompréhension je la partage avec beaucoup de candidats…

RÉPONDEZ NOUS et ainsi comblons ce fossé d’incompréhension entre candidats et recruteurs.

Merci de télécharger le lien du PDF ci-après, et de remplir vos réponses dans les espaces idoines : PDF file .

Parce que NOUS, candidats, voulons juste comprendre…

Merci…! : )

Rien ne va plus pour les casinos de Macao

February 11th, 2009 No comments

Le 10/2/2009 à 10h38 par Thierry Jacolet – La Liberté – Rue 89 – Article de http://www.aujourdhuilachine.com/article.asp?IdArticle=10403

Le Campanile, le Rialto, le Grand Canal et même des canotiers en gondole: le casino Venetian condense tous les clichés de Venise sur 1 million de m2, à Macao. Le complexe titanesque boit la tasse depuis quelques mois. Et il n’est pas le seul. Faites vos jeux, rien ne va plus à Macao!

Venetian Hotel-Casino

Venetian Hotel-Casino


Des machines à sous à Macao

En ce dimanche après-midi, trois couples de mariés posent sur fond Renaissance italienne. Ils sont parmi les rares curieux à s’aventurer à l’extérieur du Venetian. Non pas que l’architecture ronflante intéresse peu de monde, mais le spectacle est à l’intérieur.

Il faut voir les joueurs agglutinées autour des tables de jeu ou la procession de visiteurs le long des rues d’une Venise copie-conforme sous un ciel bleu artificiel. Un peu plus loin, les gondoliers conduisent les amoureux près du pont des Soupirs. Mais ils ne sont plus vraiment d’humeur à chanter.

En décembre, le plus grand casino au monde a mis à la porte 500 personnes, dont la moitié de ses gondoliers, et réduit le temps de travail de 1 000 autres collaborateurs. “J’ai peur que ce ne soit qu’une première étape. Les gens craignent pour leur boulot ici”, glisse un employé de la sécurité qui a échappé aux coupes.

La folie des grandeurs du groupe Las Vegas Sands, propriétaires du Venetian et de deux autres casinos à Macao, se heurte à la crise financière en Asie et aux Etats-Unis depuis plusieurs mois. Comme d’autres leaders mondiaux de l’industrie du jeu, ces Américains ont perdu des plumes.

Tellement de plumes qu’ils ont été forcés de suspendre leurs projets dans l’ancienne colonie portugaise. Sheldon Adelson, le patron du groupe, a décidé de reconsidérer les 4 milliards d’euros d’investissements prévus dans la zone de Cotai.

Des restrictions de visas pour les joueurs de Chine continentale

Sur cette bande de terre de 1,2 km de long, concentration de casinos et d’hôtels rivalisant de démesure, nombre de chantiers sont au point mort ou ont ralenti la cadence. A 500 mètres du Venetian, les grues annonçant le monumental Galaxy tournent au ralenti. La première phase qui accouchera d’un casino et de trois hôtels, ne sera pas achevée avant 2010, comme prévu initialement. Et à l’instar de Las Vegas Sands et de Melco Crown, Galaxy a aussi dû tailler dans les salaires et recourir aux congés non payés.

Une décision du gouvernement chinois a achevé de plomber l’ambiance sur le territoire. L’an passé, Pékin a décidé de limiter à une fois tous les trois mois -plutôt que tous les deux mois- le nombre de visites de ses ressortissants, via de nouvelles restrictions de visas.

En outre, ils ne peuvent plus se rendre à Hong Kong et Macao avec le même visa. Un coup dur si l’on sait que deux tiers des joueurs à Macao proviennent de Chine…. Les casinos ont déjà fermé à la fin de l’an passé 300 des 4 300 tables de jeu de la ville et 1000 des 12 800 machines à sous.

Dépense moyenne par joueur au Ponte16 : 4,6 euros par joueur

Les Chinois ne désertent pas pour autant les tables de jeu. Que ce soit au Venetian ou au Ponte 16. Dans ce casino flanqué d’un hôtel cinq-étoiles près du quartier historique, ses 105 tables de jeu et 300 machines à sous attirent les joueurs par grappes. Peut-être l’effet “nouveauté”: il est l’un des derniers à avoir ouvert, il y a un an.

“Pour l’instant, nous nous portons bien. Plus de 70% des clients de l’hôtel jouent”, assure James Un, le manager du casino. Un masque de confiance, à entendre Sharon Wong, la manager de l’hôtel Sofitel, logé dans le casino: “Pour l’instant, ça va, mais on s’attend à subir des difficultés cette année”.

A l’intérieur du Ponte 16, Yew, un Chinois de 38 ans, foule le sol marbré pour la première fois. Et peut-être la dernière:

“Ce casino ne m’a pas vraiment plu. En plus, j’ai perdu 400 patacas [37 euros, ndlr] ce soir au carribean stud. Mais ce n’est pas grave, j’ai connu des soirées plus noires.”

Yew est un habitué de Macao, ou plutôt était. Il y vient trois à quatre fois par an pour jouer. “Mais je vais devoir limiter mes séjours avec ces restrictions”, reconnaît-t-il.

Un peu plus loin, un couple taïwanais avoue être venu d’abord pour en prendre plein la vue. “On a joué un peu, pour essayer”, ajoute-t-il. Comme beaucoup de visiteurs, ils ont misé de petites sommes. Au Ponte16, la dépense moyenne est de 4,6 euros par joueur.

Moins de gros flambeurs autour des tables VIP

Ce ne sont pas les nombreux petits joueurs qui font la fortune des casinos, mais les gros flambeurs des salles privées. Ils fournissent près de 70% de leurs recettes. Chris Armstrong, senior consultant chez Judd Farris, société de construction et de biens immobiliers pour l’Asie, à Hong-Kong, observe:

“Je crois que le problème principal n’est pas une question de nombre de joueurs, mais du type de joueurs qui ne vient plus. De nombreux grands casinos dépendent de ces gros joueurs qui jouent de grosses sommes. S’ils cessent de venir, les revenus vont chuter fortement.”

Et il y a déjà moins d’argent sur les tables. Le revenu du baccarat VIP, première ressource des casinos, a dégringolé de 2,9 à 2,1 milliards de francs durant l’année 2008.

Les observateurs du marché prédisent une année sombre à l’industrie du jeu. Ainsi, David O’Rear, chef économiste de la Chambre générale de Hong Kong:

“Les casinos ont construit énormément en peu de temps, en tablant sur le fait que les visiteurs de Chine seraient autorisés à venir de manière illimitée. Ce modèle n’est plus valable. Plusieurs casinos risquent la faillite, si ça continue.”

Dans la capitale mondiale du jeu, on doit déjà prendre les paris…

Macao

Get Adobe Flash player